samedi, 25 avril 2015 19:28

Festival Jeunes Talents

Le Festival Jeunes Talents revient !

Le Centre Social de l’Orée du Golf de Wasquehal et ses partenaires organisent la septième édition du FESTIVAL JEUNES TALENTS, le Samedi 30 mai 2015, de 17h à 22h , à l’espace Gérard Philippe.

Cette action vise à favoriser et à soutenir l’émergence de nouveaux talents Wasquehaliens et de la métropole, dans le domaine de la musique, de la culture, de l’art …

N'hésitez pas à Partager, Liker et surtout Noter la date dans vos agendas !

samedi, 25 avril 2015 19:26

Loto Familial

le Samedi 9 Mai 2015, dès 15h, à l'école Charles de Gaulle de Wasquehal. Venez nombreux !!!

jeudi, 12 février 2015 00:00

PASTA KARAOKE PARTY à Wasquehal

Samedi 7 Mars 2015, c'est PASTA KARAOKE PARTY à Wasquehal !

De 18h à 22h 30 au Centre Social de l'Orée du golf, l'association ICAPI vous propose de venir vous divertir en reprenant les grands classiques des années 80, ou les dernières musiques du moment.

En plus de l'ambiance festive et familiale de cette soirée, nos jeunes Wasquehaliens vous proposeront de déguster un menu préparé avec le plus grand soin :

Coktail de bienvenue & Apéritifs, PastaBox Tomate Basilic / ou Carbonara et Tiramitsu...

** L'entrée est seulement de 10€, et sur réservation uniquement. **
Attention faites vite ! Les places sont limitées !

Pour information, cette animation fait partie d'une série d'opérations d'autofinancements, réalisé dans le cadre du projet solidaire et culturel Mawazine, organisé par l'association ICAPI.
En plus de vous amuser, vous contribuerez donc à la réalisation d'un beau projet collectif !

INFOS : 03.20.72.72.46 ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
RESERVATIONS : Centre Social de l'Orée du Golf, rue Jean Moulin à Wasquehal.

lundi, 02 février 2015 00:00

Le journal "Horizons" : Besoin des autres ?

Dans le cadre de l’édition du nouveau numéro du journal “Horizon”, l’association Générations complices a demandé à ICAPI de s’exprimer sur le thème “Besoin des autres ?”. Voici notre réflexion :

“ Aujourd’hui, dans une société qui nous individualise de plus en plus, nous avons, plus que jamais, besoin des autres pour se construire, pour grandir et exister.

jeudi, 13 novembre 2014 00:00

Succès pour le premier tournoi de futsal

10 equipes, 2 poules, 70 footeux, 986 dribbles, 346 tirs, et un million de sourires… Ce Vendredi 24 Octobre, à la salle Lavoisier de Wasquehal, une soixantaine de jeunes venant des 4 coins de la métropole Lilloise, se sont donnés rendez-vous lors du premier tournoi de futsal organisé par l'association ICAPI, en partenariat avec le Centre Social de l’Orée du Golf.

Ce tournoi destiné aux joueurs âgés entre 13 et 17 ans, fait partie d’une série d’actions d’autofinancement réalisée dans le cadre du projet Mawazine, qui permettra à une dizaine de jeunes Wasquehaliens de participer à une action solidaire et culturel au Maroc, en Juin prochain.

Dans une ambiance enjouée et conviviale, nos jeunes Wasquehaliens ont montré qu’ils savaient recevoir. Ils ont grandement contribué à la réussite de ce tournoi, et se sont impliqués dans toutes les phases d’organisation du tournoi : accueil des équipes, arbitrage des matchs, préparation des sandwichs...

Les parties se sont déroulées dans un excellent esprit avec des jeunes ravi de montrer tous leurs talents balles au pieds.

La manifestation s’est terminée par une remise de coupe aux heureux vainqueurs, et qui a été effectué par Nacer Dahmane, coordinateur jeunesse au centre social de l’Orée du Golf.

Toutes les photos du tournoi, sont à retrouver sur la page Facebook de l’association.

Très enrichissant ! Voilà ce que l’on peut retenir de notre participation au Festival ACTE II, ce Samedi 4 Octobre à Hem.

Pour la deuxième fois, le théâtre de l’aventure et ses partenaires organisaient les Rencontres d’initiatives et d’expressions citoyennes. Un événement festif et citoyen qui a vocation à valoriser et promouvoir les initiatives citoyennes. ACTE II, c’est un rassemblement de gens de milieux très différents qui ont décidé de se bouger et de prendre les choses en main. C’est un moment fort et convivial qui permet aux gens engagés de partager leurs histoires et leurs expériences avec d’autres personnes.

C’est lors des réunions d’organisations d’ACTE II, que Bruno Lechantre, médiateur culturel et salarié de l'association Wasquehal Associatif, nous a proposé d’intervenir lors de ces journées citoyennes, qu’il estime “collé parfaitement au thème” de notre association. Et, il a eu raison !

Nous nous sommes donc rapproché de Jean-Maurice Boudeulle, directeur du théâtre de l’aventure, et organisateur d’ACTE II, pour expliquer le parcours et le pourquoi de l’association ICAPI. L’échange a été très intéressant, et nous avons trouvé l’idée de ces journées géniales . C’est donc avec enthousiasme, que nous avons confirmé notre participation à l’un des forums du festival, sur le thème “Agir sur son environnement et transformer le quotidien”.

Quelques mois plus tard, nous voila donc, avec nos cinq membres ICAPI, sous le chapiteau qui accueille l’événement, situé à l’espace Mail Dunant à Hem.

Assis face un public très attentif, et venu en nombre, nos jeunes Wasquehaliens ne se sont pas dégonflés ! Ils ont participé pleinement au débat, et ont apporté des réponses claires aux questions posées par la présentatrice, et par le public : Pourquoi vous êtes-vous engagés dans ce projet ? Observez-vous un impact positif de vos actions ? Qu’est ce que cela a transformé dans votre quartier, dans votre ville ? ...

Assis à nos cotés, d’autres personnes aussi impliqués que nous dans la vie de leur ville, ou de leur quartier ont également pris la parole. Nous avons écouté leurs témoignages touchants et passionnés avec attention. Ils se sont exprimés très librement, et nous ont donné à réfléchir sur la manière d’appréhender et préparer nos futurs projets...

Vous l’aurez compris, nous avons pris un réel plaisir à prendre la parole, à écouter, et à discuter avec d’autres personnes impliqués. Nous avons passé un moment intense d’échanges autour des expériences, et des témoignages de chacun. Nous souhaitons longue vie à ce festival qui est un véritable moment de partage, et d'expression pour tous.

Au fil des mois, au fil  des rencontres, les discussions nous ont amené à imaginer l’association qui serait pour nous idéale. Nous nous sommes posé la question : “Si on devait créer une association, comment serait-elle ? Sur quelles valeurs doit-elle reposer ? :

Cette association, elle doit déjà mettre le jeune au coeur de ces actions.

Elle doit être Accessible à tous, doit permettre de créer du lien social, avec de vraies valeurs humaines, et doit aider en priorité les personnes les plus en difficultés.

Accessible à tous, pour nous ça veut dire : sans limite d'âge, sans aucune discrimination, sans préjugés et qui respecte les conviction personnelles de chacun. Dans le respect mutuel cette association doit être accessible à tous, et construire ses actions en cherchant à concilier diversité humaine et mixité, qu’elle soit sociale, géographique, culturelle ou générationnelle.

Cette association doit être un créateur de lien social, qui respecte les principes de la laïcité , où l’on peut apprendre en commun et où on participe à la vie citoyenne.  Elle doit permettre de stimuler la créativité, de “booster” les projets, de réveiller et révéler des compétences.

Elle doit avoir de vraies valeurs humaines, et doit être un lieu d’échange, d’écoute, de tolérance, de solidarité, d’expression.

Et surtout elle doit aider en priorité les personnes qui en ont le plus besoin : Les personnes exclues, les personnes isolées, elle doit être capable de les accompagner, de les orienter, de leur apporter un soutien moral.

C’est en prenant en compte toute ces valeurs que nous avons décidé de démarrer l’histoire ICAPI

En lisant  ces lignes, c’est sûr, certain d’entre vous doivent se dire : “ils vendent du rêve”, “Ah ces jeunes, ils sont pleins d’espoirs...”. D’ailleurs certaines personnes nous ont déjà dit que c’était "voué à l'échec”

On a envie de leur dire "oui, peut-etre?" ou "peut-être pas?!"

En tout cas, ce sont ces valeurs sur lesquels nous voulons construire l'association ICAPI. Et puis, au lieu d’attendre que tout arrive comme par enchantement, nous, nous avons décidé de nous bouger, de tenter, d’essayer. Oui, on se donne le droit de rêver. De rêver à une autre société, plus ouverte, et plus à l’écoute de l’autre. On a décidé d’utiliser (au moins) une qualité de notre jeunesse, et d’être audacieux. Tellement audacieux, qu’on peut même parfois en oublier quelques formalités… Et c’est pour cela que nous aurons besoin des plus “anciens”, pour nous organiser, pour nous structurer, mais aussi pour nous conseiller, nous guider.

Pour ceux qui s’en souviennent, dans la nuit du 9 Octobre 2012, un grave incendie a eu lieu dans un immeuble dans le quartier du Haut-Vinage. Forte heureusement, cette incendie n’a pas fait de victime, mais 60 personnes ont tout de même dut être évacué de leurs logements, et 5 personnes ont été intoxiqués, et ont dut être emmené à l'hôpital. En dehors de l’aspect tragique, cet événement a mis en lumière plusieurs éléments :

Non seulement , de graves manquements aux règles de sécurité : avec notamment des extincteurs qui étaient inutilisables et non vérifié depuis un certain moment par le bailleur social.Mais cet incendie a aussi mis en “lumière” (si on peut dire) les jeunes, à qui l’on reproche le “squatte” des caves qui auraient pu être l’origine de cette incendie.

Et, c’est à partir de cet événement, que l’on a commencé a se poser les vrais questions autour de la jeunesse. Le maire de l’époque et quelques uns de ses élus s’étaient déplacé au quartier du Haut-Vinage, afin d’écouter les revendications des jeunes et moins jeunes, et afin de chercher avec eux le moyen pour que les caves des immeubles ne soient plus squatter. Ce squatte, qui crée un climat d’insécurité, et qui renvoi forcément une image négative.

Les jeunes leurs avaient  expliqué qu’il n’y a pas d’autres endroits dans le quartier que les caves, puisque le Centre Social du quartier n’est pas en capacité de les accueillir, et que ce même Centre Social leur demande de se rapprocher plutôt d’autre structure comme le Centre Social de l’Orée du Golf ou la MJC.
Ces jeunes ont profité de ce moment pour exprimer ce qu’ils avaient sur le coeur, ils ont fait part de leur malaise, et ont informé les élus que le dialogue avec le Centre Social du quartier était totalement rompu, et ce depuis de nombreuses années. Et ça, plusieurs générations d’adolescents qui ont grandit dans le quartier le savent, c’est un constat qui dure depuis plus de 12 ans.

Mais, dans toute cette histoire, ce qui était le plus inquiétant, c’est que les informations révélées par les jeunes du quartier avaient apparemment étonné le maire et ces élus à l’époque, qui n’étaient pas du tout conscient de la “réalité du terrain”, et de l’urgence de la situation.

Alors oui, des solutions de mise à disposition de locaux avaient été évoqué par l’ancien maire, mais ces solutions n’ont pas été plus loin que ça. Et ces solutions, de toute façon , n’auraient été que éphémère, et sans intérêt pour les jeunes qui nous le rappellons doivent continuer à grandir… Parce que ne l’oublions pas, il s’agit bien de cela!

mercredi, 28 mai 2014 00:00

Le malaise de la jeunesse Wasquehalienne

La ville possède des structures compétentes et efficaces, dans le domaine de l’enfance, de la petite enfance, tout comme dans l’accompagnement des seniors. Malheureusement, nous constatons que le public jeunesse n’est pas logé à la même enseigne…

Oui, certes, il existe une MJC et deux centre sociaux (+ un service jeunesse). Mais quelle est  l’affluence des jeunes dans ces structures ? Viennent t ils régulièrement, et participent ils à des activités (hors activités de consommation) ou des projets ? Ces structures ont il la capacité ou/et la réelle volonté d’accueillir un public jeunesse?  voila, les vrais questions que nous nous posons.

Parce qu’à Wasquehal, dès que l’on atteint un certain âge (14 /15 ans), il devient très difficile de grandir... Certaines structures n’ont plus la possibilité ou la volonté d’accueillir un certain public, certainement plus difficile à gérer. Clairement, il existe des structures, qui se désengagent de ce public. Aux jeunes qui viennent leur demander s’il y a des activités pour eux, certaine structure leurs répondent qu’ils n’ont pas la possibilité (ou le financement de les accueillir et les re-dirigent vers d’autres structures.

Un comportement et un positionnement regrettable, que nous décrions fortement.

Malheureusement pour que la ville et ses partenaires prennent conscience qu’une partie de la population est oubliée, il aura fallu attendre l’incendie déclaré en Octobre 2012 dans le quartier du Haut-Vinage.

L’idée de créer une association trotte dans leurs têtes depuis déjà un petit moment.

On pourrait se demander légitimement : “Pourquoi créer encore une autre association?” , “n’y a-t-il pas assez d’association sur Wasquehal, dans lesquels ils pourraient trouver leur bonheur?”, “N’y a-t-il pas de structures sociales dans leurs quartiers, dans lesquels ils pourraient s’investir et réaliser leurs projets?”. Eux, pensent que non. Ils estiment que l’on ne leur fait pas assez confiance, et veulent montrer qu’ils existent sur Wasquehal des jeunes investis, avec des compétences, du talent, et qui ne se trouvent pas forcément là où l’on pense...

Les jeunes bénévoles à l’initiative de la création de l’association ICAPI, sont tous des enfants de Wasquehal. Ils ont entre 15 et 35 ans et ont tous grandit dans les différents quartiers de la ville : Haut-Vinage, Orée du Golf, Capreau ...

Ils ont tous côtoyé les écoles primaires de la ville, le collège de la ville, les diverses associations et structures sociales Wasquehaliennes comme les clubs sportifs ou les centres sociaux.

Pour certains d’entre eux, ils ont participé à des activités, ou des projets, avec ces associations, qui leurs ont permis de grandir, de s’épanouïr.
Ils ont participé à des séjours, et ont  pu bénéficier des différents dispositifs mis en place par la ville (notamment Wasquehal Associatif) pour participer à des activités tel que le théâtre avec la Manivelle, les sports d’art martiaux au dojo, ou même faire de la musique au conservatoire.

Ces jeunes qui connaissent bien leur ville, sont maintenant devenus de jeunes adultes intégrés dans la société, puisqu’ils sont : Electricien, Informaticien, Peintre décorateur, directrice d'accueil de loisirs ou en école de commerce… et qui, en plus, veulent s’impliquer dans la vie locale. Ils veulent créer ou re-créer du lien social entre les gens. Ils ont la volonté tout simplement de rendre ce qui leur a été donné (ou pas d’ailleurs)…

Page 1 sur 2